Info Panel
Vous êtes ici:   Accueil  /  Qui suis-je ?

Qui suis-je ?

Après les beaux Arts d’Angers et de Paris, il participe depuis 1966 à divers salons et expositions européens, collabore à un grand nombre d’œuvres théâtrales et scéniques, effectue des travaux sur le roman graphique et ses prolongements spectaculaires  ( groupe lettriste). Il se consacre à la peinture, la sculpture et aux voyages depuis 1980.
Aujourd’hui Toulousain, il continu son aventure plasticienne sur fond de réalité humaine.

Des Beaux Arts à l’Algérie en passant par Paris, les Antilles, la Réunion et les Comores Essa poursuit son  travail d’observateur. Souvent, chez lui , la photo fixe la mémoire et constitue la matière première du tableau.

«  Capter ce mouvement perpétuel, c’est exactement ce qu’Essa à réussi à maîtriser après un long cheminement intellectuel et une recherche plastique constante.

Dans un premier temps ses tableaux sont réalisés selon la technique du collage de tous ces précieux documents. Nous avons déjà les prémices d’une œuvre qui va tendre vers une figuration libre à la gestuelle impérative, qui , paradoxalement  s’estompe pour ne capter que l’essentiel : La figure humaine et ses énigmes.

Puis vient l’intervention de l’artiste sur son support en y intégrant la peinture.

Chacune de ses œuvres sera donc élaborée  en strates successives, dans le but de restituer l’impression de mobilité dans l’espace.

Tout ce patchwork de graphies différentes délivre bien cette impression de mouvement mais il serait léger de le résumer à ce thème.

Essa totalement affranchi, libéré, travaille directement sur la toile, emploie des techniques mixtes (huiles, acryliques, encres …)

Cette harmonie en puzzle minutieux n’est pas sans rappeler les atmosphères propres au viennois Gustave Klimt par la juxtaposition de plans sans dégradés. Ses toiles réintroduisent une émotion souvent oubliée, faite de sensibilité, de sensualité tragique, troublante, qui semble sortir tout droit d’un rite Vaudou.

_ Hélène Rouse- Rivère _

 

CARNETS :

Il n’est pas d’élément plus hallucinogène que l’esprit.

Mes démarches graphiques résultent du dessin instinctif. Elles rendent sensible divers instants de l’image attachés à des moments et lieux prioritaires. Comme la respiration, gestes et contemplation se succèdent et se superposent. Le résultat est la découverte d’enjeux perpétuellement renouvelés.

Tout est révisable, hors de portée des appropriations, y compris celle de l’artiste.

Le geste de base justifie l’acte, engage démarche, évolution et découverte, par ce seul argument fondamental, moteur de la création : L’ignorance.

S’il n’est pas déplaisant qu’un artiste soit reconnaissable à son style, tout s’aggrave lorsqu’il en devient prisonnier.

L’œuvre d’art n’a pas de fonction, ni d’existence en dehors de ses  «  effets » sur ceux qui l’observe.

Il faut donc oser, s’obliger, tenter ; ignorer les prétentieux de la culture.

A la différence d’eux nous n’avons rien à craindre de l’incendie : nous sommes l’incendie.

Les idées sont dangereuses pour ceux qui n’en ont pas.

-Essa_

 

Voir CV

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *